Tops Koupings



Bienvenue sur le forum :3
the history
Qui êtes-vous, qu'avez-vous vécu, que vous est-il arrivé ? Vous n'en savez rien, n'est-ce pas ? C'est normal, personne ne se souvient de ce qu'il s'est passé avant d'arriver à San Fransokyo, cette ville aux voitures volantes, à l'alimentation électrique illimitée, aux robots présents aux quatre coins de rue pour vous aider et toutes les autres choses formidables de cette ville. Mais ne vous en faites pas, vous serez tous bien accueillis. Nous ferons tout notre possible pour que vous soyez bien intégrés.

the news
Nous revêtons SF d'un nouveau thème tout beau tout clair, parce que le changement c'est cool et puis ça change ! Avec cette nouvelle version, nous apportons quelques nouveautés comme, par exemple, des nouveaux lieux, des nouveaux animaux de compagnie, de nouveaux prédéfinis, de nouveaux lieux de RP ... Bref, pleins de nouvelles choses ! Pour découvrir toutes ces nouveautés, nous vous invitons à looker ce sujet et même à donner votre avis à la suite !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar



Je suis arrivé(e) le ... : 25/03/2015
Messages : 56
$ : 10108
MessageSujet: Traquer l'invisible, c'est quasiment impossible. (Ankaa) Mer 19 Aoû - 15:52


Un bon chasseur sachant chasser sait précisément qu'il est essentiel de prendre soin des armes dont il se sert.
Chez Stein, son arme favorite, c'est son corps. Un corps qu'il travaille depuis qu'il est tout jeune, dans le but de prouver qu'il est le meilleur dans tous les domaines. Un corps qu'il travaille pour chasser efficacement les Speciels. Mais aussi, un corps qu'il travaille pour parvenir à dépasser Sen Kusunoki, son encombrant rival, qui semble bien décidé à l'égaler dans tous les domaines où il s'essaie. Stein n'en serait certainement pas là aujourd'hui sans Kusunoki pour le pousser à dépasser ses limites – mais cela, bien sûr, ne devait pas être exprimé à voix haute, au risque d'énerver particulièrement Stein.
La meilleure façon de s'entretenir au quotidien était de faire un petit footing matinal. En plus de travailler l'endurance et la vitesse, deux qualités indispensables pour poursuivre des Speciels, le footing avait l'immense avantage d'être tout à fait banal. Vous courez le matin ? Pourquoi pas, vous n'êtes pas le seul à vouloir garder la forme. Vous vous imposez un entraînement militaire, ou vous travaillez le maniement des armes ? Manifestement, vous êtes suspect. Avec le gouvernement, mieux valait passer pour un adolescent aimant le sport plutôt que comme un chasseur bien entraîné. C'est plus prudent.
En tant que Traqueur, Stein était plutôt un modéré. Il ne désirait pas l'annihilation totale des Speciels, sachant pertinemment que celle-ci était impossible, mais une régulation de leurs effectifs. Il ne désirait pas les tuer, cela ne lui semblait pas forcément nécessaire, mais les faire enfermer pour qu'ils ne puissent plus nuire à personne. Cela dit, s'il fallait les tuer, Stein n'hésitait pas trop longtemps. Il faisait ce qu'il fallait faire, rien de plus. Il ne voulait pas recevoir d'ordres de quelqu'un d'autre, ne voulait pas être assimilé aux autres Traqueurs, ne voulait pas être persécuté pour ses opinions. Stein travaillait pour rendre la société plus agréable pour tous, et pour cela, il fallait écarter quelques éléments indésirables qui étaient tolérés par la plupart des agents de police.
Du moins, en théorie…

Même lorsqu'il courait un casque sur les oreilles, Stein restait parfaitement attentif à ce qui l'entourait. Il craignait trop les attaques de Speciels pour se permettre de se laisser aller pendant son footing. Ses yeux ne regardaient pas seulement la route et la direction qu'il comptait prendre : ils vérifiaient que personne n'avait besoin de lui à proximité. Ses oreilles étaient alors inutiles, mais il savait qu'il pouvait faire confiance à ses yeux. Ils n'étaient pas infaillibles, laissaient passer quelques Speciels dangereux et l'amenaient parfois à faire des déductions hâtives, mais dans l'ensemble, ils étaient fiables. À force de prêter attention à certains détails, on finissait par ne voir plus que ceux-ci, et n'avoir plus le moindre intérêt pour le reste. Stein avait failli bousculer une vieille dame, mais il ne s'en était pas rendu compte, car celle-ci n'avait rien d'un Speciel en plein déplacement. Elle ne l'intéressait pas.
À mi-chemin, Stein fit une pause. Il fit reposer sa jambe gauche contre un banc, tandis qu'il sortait une petite bouteille d'eau du sac qu'il ne quittait jamais, et qui contenait tout le nécessaire en cas d'attaque de Speciel. Matraque pour pouvoir se défendre, corde pour ligoter le criminel, téléphone portable pour appeler la police, barres énergétiques pour éviter la chute de sucre, lunettes de protection et de soleil, au cas où, et diverses autres bricoles à la fonction plus spécifique afin de faire face aux dons les plus courants. Il faisait chaud, Stein était déshydraté : il laissa couler quelques gouttes jusqu'à sa gorge avant de songer à s'essuyer. Il entendit quelqu'un passer à côté de lui, mais il continua à boire sans s'en soucier.
À mi-bouteille, Stein la referma et jeta un coup d’œil autour de lui. Bizarre… il était persuadé d'avoir entendu quelqu'un passer à côté de lui. Il avait retiré son casque pour boire, si bien que les bruits dont il avait été coupés jusque là lui venaient avec une force particulière. Stein posa la bouteille sur le banc. Il ne voyait personne autour de lui, mais il avait clairement eu le sentiment que quelqu'un était passé tout près de lui. Était-ce son imagination, ou un instinct de chasseur qui se réveillait à chaque fois qu'il se passait quelque chose d'étrange ? En tout cas, en tant que Traqueur, Stein était toujours un peu paranoïaque concernant les Speciels, si bien qu'il partit d'emblée sur la première possibilité. La compréhension apparut sur son visage.
Il existait un type de Speciel que Stein détestait particulièrement, car ils étaient très difficiles à attraper et pouvaient facilement transgresser la loi en toute impunité. Ces Speciels étaient ceux de type Ghost, capables de se rendre invisibles et de traverser des objets. Ils étaient indétectables, ou presque. Bien souvent, Stein avait cru avoir affaire à eux, pour se rendre compte qu'il n'y avait en fait personne et qu'il avait simplement une imagination trop fertile. À d'autres moments, Stein s'était cru seul, alors qu'un de ces Speciels se trouvait près de lui. Comment donc ne pas être paranoïaque quand vous devez affronter un ennemi que vous ne voyez pas et qui vous échappe rien qu'en traversant les murs ? Stein avait compris qu'il n'était pas tout le temps entouré par ce type de Speciel, mais il avait parfois la chair de poule quand il avait l'impression de ne pas être seul alors qu'en apparence, c'était le cas.
Stein pensait avoir repéré un Speciel potentiellement dangereux. Son visage se fit un petit plus dur : Stein devenait subitement concentré. Il venait de remarquer que son sac, grand ouvert, laissait apercevoir tout le matériel du parfait petit Traqueur. Si un Speciel Ghost passait par là et voyait le sac, il avait tout intérêt à se rendre invisible pour éviter de se faire chasser. Stein se maudit pour cette négligence, mais il n'avait pas le temps de ruminer là-dessus : il devait absolument attraper ce Speciel extrêmement dangereux avant qu'il ne commît la moindre bourde. Son cerveau, réfléchissant à toute vitesse, comprit qu'il n'allait pas l'avoir par la force. Seule la ruse fonctionnerait.
Il ne prit pas son arme, ni sa bouteille, pour ne pas avoir l'air menaçant. Le Speciel était très certainement conscient du fait que le Traqueur ne pouvait pas l'attraper facilement, ce qui lui donnait un avantage certain. Cela déplaisait très certainement à Stein, qui n'aimait pas faire preuve de diplomatie avec ce type de personne, mais il surmonta son déplaisir :

« Sors de là, Speciel, je sais que t'es là. Je vais pas te faire de mal. Regarde, je ne suis pas armé. Je veux juste te parler. »

Pendant que sa bouche prononçait ces paroles, le cerveau de Stein réfléchissait à toute allure à un sujet qu'il aurait pu avoir envie d'aborder avec un Speciel. Évidemment, il n'y en avait pas. Stein avait au fond de son sac des menottes qui devraient être capables d'annuler les effets du pouvoir Ghost. Il n'en était pas sûr, parce qu'il n'avait jamais eu l'occasion d'essayer, mais il en avait extrêmement envie. Si seulement il pouvait appâter le Speciel, gagner sa confiance le temps de sortir ces fameuses menottes…
Mais quel Speciel ferait confiance à un Traqueur comme Stein ? Cela n'avait aucun sens. Le Speciel n'allait pas se laisser bêtement attraper par un type qui avait les armes d'un Traqueur.
Mais si ça se trouve, Stein était véritablement seul et parlait tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Impossible de s'endormir, impossible de se réveiller
» Bébé de 4 mois impossible à endormir sans crise
» Mission impossible 4 : IGNORER SALOMON
» N'oublie jamais que Je suis le Dieu de l'impossible.
» Le Monastere Invisible

San Fransokyo :: & SAN FRANSOKYO - LA VILLE @ :: http://parc.com-