Tops Koupings



Bienvenue sur le forum :3
the history
Qui êtes-vous, qu'avez-vous vécu, que vous est-il arrivé ? Vous n'en savez rien, n'est-ce pas ? C'est normal, personne ne se souvient de ce qu'il s'est passé avant d'arriver à San Fransokyo, cette ville aux voitures volantes, à l'alimentation électrique illimitée, aux robots présents aux quatre coins de rue pour vous aider et toutes les autres choses formidables de cette ville. Mais ne vous en faites pas, vous serez tous bien accueillis. Nous ferons tout notre possible pour que vous soyez bien intégrés.

the news
Nous revêtons SF d'un nouveau thème tout beau tout clair, parce que le changement c'est cool et puis ça change ! Avec cette nouvelle version, nous apportons quelques nouveautés comme, par exemple, des nouveaux lieux, des nouveaux animaux de compagnie, de nouveaux prédéfinis, de nouveaux lieux de RP ... Bref, pleins de nouvelles choses ! Pour découvrir toutes ces nouveautés, nous vous invitons à looker ce sujet et même à donner votre avis à la suite !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar



Je suis arrivé(e) le ... : 02/04/2015
Messages : 85
$ : 9781
MessageSujet: De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi. Lun 25 Mai - 12:40


don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi




Elle était énervée, profondément énervée. Marchant à vive allure à travers le boulevard, elle bousculait les gens sans scrupules et ne jetait guère de regard désolé vers eux quand elles les poussaient un peu violemment. Elle n'avait qu'un seul désir : aller prendre à manger, et rentrer chez elle. Il y a des jours où l'envie de sortir est irrésistible, et d'autres où cette dernière devient étouffante, au point d'avoir une haine aveugle contre ses propres désirs. Elle était agacée pour cette foule, qui lui semblât tout aussi pressé qu'elle. Hors eux allait dans le sens inverse à sa destination. Marchant à vive allure à travers le boulevard, elle bousculait les gens sans scrupules et ne jetait guère de regard désolé vers eux quand elles les poussaient un peu violemment. La capuche rabattue sur sa tête et les écouteurs dans les oreilles, elle tentât tant bien que mal de ne pas se faire remarquer, et se fondre dans la foule. Lorsqu'elle regardait un de ces innombrables écrans, elle ne voyait que sa photo, son visage et ceux des deux autres protagonistes qui étaient comme elle, traquée comme la peste. Elle secoua la tête, et poursuivit sa funeste marche jusqu'au fast-food le plus proche.

Longue file d'attente, qu'elle dut faire sans pouvoir contester. Elle soupirait, soufflait, s'impatientait. Mais au final, ne faisait rien. Elle ne pouvait avoir le luxe de s'énerver comme elle le faisait avant, où son image n'était pas devenue taboue pour sa propre personne. Elle arriva enfin devant l'employé, qui avait un regard suppliant vers l'horloge. De longues cernes étaient visibles sous ses yeux, et il s'était cambré, épuisé. Il n'était pas si tard pourtant, aux alentours de dix-sept heures du soir. Mais peut-être était-il ici, depuis le petit matin ? Debout derrière un écran, à pianoter les repas de ses clients, se prenant des insultes et ayant l'odeur putride des frites sur lui. Elle éprouva une certaine pitié et empathie, qui s'accentua quand elle vit le panier de pourboire pour le jeune homme intégralement vide. Elle commanda son déjeuner, et attendit patiemment. Il fut rapide et efficace, et en quelques minutes, tout était prêt. Blasée et sans mot, elle déposa un piètre billet de dix dollars dans le panier d'osier, s'excusant de ne pouvoir donner plus. Elle détala ensuite, sans demander son reste, et ne prêta guère attention au visage rafraîchit du garçon.

Telle l'ange déposant la bienfaisance sur le monde, elle ne se félicita pas de son acte de bonté. Mais peut-être était-il ici, depuis le petit matin ? Commençait-elle à s'adoucir et à mûrir ? Sans nul doute.

Il devenait impossible de marcher, tous se collaient, se serraient et essayaient de prendre le pas sur l'autre, afin de pouvoir faire le pas qui les conduira à leur rédemption et leur satisfaction. L'intelligence étant courante chez Âlisha, elle opta pour une petite ruelle qui lui permettra de s'engouffrer dans son appartement sans devoir affronter les milliers d'âmes perverties par l'envie de rentrer chez eux. Et bien qu'elle fût dans le même cas qu'eux, elle ne put se résoudre à s'identifier à ces derniers, sa fierté l'empêchant de voir la vérité et d'arrêtait d'être légèrement imbus d'elle même. Pouvant se montrer tantôt humble, tantôt narcissique. Même si ces derniers temps, le narcissisme avait presque disparu, ne laissant qu'une certaine maturité et une prise de conscience de l'absurdité dont elle avait fait preuve toutes ces années. Soupir, ô doux soupir, m'accompagneras-tu encore longtemps dans la marche funeste me conduisant vers mon destin inéluctable ? Elle releva la tête, laissant apparaître pour la première fois de cette douce journée son visage aux yeux de tous. Les rayons du soleil vinrent chatouiller sa peau, lui procurant un sourire sarcastique. Elle secoua la tête, et arriva au bout de la ruelle. Elle ne voulait plus rentrer chez elle, elle voulait d'abord prendre un café. Chose idiote certes, car l'on pouvait la reconnaître. Mais avec son déguisement, elle savait pertinemment que personne ne ferait attention à elle. Elle déposa son sac de nourriture à côté d'elle, et commanda un café.

Elle trouva un journal délaissé à côté d'elle. Elle scruta les mots de la couverture, le prit et le lu.


made by pandora.




_________________
hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. . ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» De quoi aurais-je peur ?
» qui connait l origine de la peur de vomir?
» Mon copain a la gastro et moi j'angoisse...
» Expressions gauloises.
» Master ou résidanat

San Fransokyo :: & SAN FRANSOKYO - LA VILLE @ :: http://centre-ville.com-