Tops Koupings



Bienvenue sur le forum :3
the history
Qui êtes-vous, qu'avez-vous vécu, que vous est-il arrivé ? Vous n'en savez rien, n'est-ce pas ? C'est normal, personne ne se souvient de ce qu'il s'est passé avant d'arriver à San Fransokyo, cette ville aux voitures volantes, à l'alimentation électrique illimitée, aux robots présents aux quatre coins de rue pour vous aider et toutes les autres choses formidables de cette ville. Mais ne vous en faites pas, vous serez tous bien accueillis. Nous ferons tout notre possible pour que vous soyez bien intégrés.

the news
Nous revêtons SF d'un nouveau thème tout beau tout clair, parce que le changement c'est cool et puis ça change ! Avec cette nouvelle version, nous apportons quelques nouveautés comme, par exemple, des nouveaux lieux, des nouveaux animaux de compagnie, de nouveaux prédéfinis, de nouveaux lieux de RP ... Bref, pleins de nouvelles choses ! Pour découvrir toutes ces nouveautés, nous vous invitons à looker ce sujet et même à donner votre avis à la suite !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar



Je suis arrivé(e) le ... : 02/04/2015
Messages : 85
$ : 10061
MessageSujet: emmène moi voir les lendemains merveilleux Lun 4 Mai - 15:42


EMMENE MOI LOIN D'ICI JE T'EN PRIE
BB
feat. Shaun
BG


 

 



 

 

Emmène-moi revoir une dernière fois. Ces endroits qui faisaient taire le vacarme. De mes idées noires. Les sommets qui jouent les mâchoires. Et ta cage thoracique se resserre. Quand tu les regardes de haut en bas. Emmène-moi revoir juste pour un soir. Le vert fluo des rizières. Qui triomphèrent de ma colère. Et consolèrent mon désespoir



Elle jura. La fatigue, la colère tout ceci forma une danse malsaine, la laissant sombrer dans la déchéance des insultes. Pourquoi jurer ? Après tout, cela ne convient pas dans la bouche d'une femme. Que les préjugés aillent se faire foutre, qu'ils la laissent tranquille, qu'elle puisse hurler la nuit sans se ramasser un lot de sarcasmes sur le comportement exemplaire dont doit faire preuve une jeune fille. Oui, ce soir, elle va hurler sous la nuit. Elle va pouvoir, se lâcher, libérer ses doutes, combattre la terreur qui s'accapare sa conscience un peu plus chaque jour, l'enlisant dans une dépression et une peur infondée. Malheureusement, ce soir sera une nuit comme les autres, elle restera enfermée dans une pièce sombre, protégée d'une sois disant menace qui désire sa peau pour un affreux malentendu. Elle rampa jusqu'à la porte, la douce brise de la nuit, cela faisait bien trop longtemps qu'elle n'y avait pas goûté, et cette drogue innocente provoquait en elle une douleur aiguë qui la faisait toussoter, et l'empêchait de réfléchir avec lucidité. Caché sous un bonnet, elle commença sa funeste marche dans la nuit qui ce soir semblait éternelle. Elle marcha lentement vers cette rue illuminée par des lanternes mourantes, éclairant faiblement le trottoir où filaient à toute allure les voitures, crachant une fumée épaisse et hurlant au clair de lune. Elle s'engouffra dans une rue, désirant éviter les boulevards bondés où l'honnêteté se transformait en cupidité. Les odeurs d'alcools la prirent à la gorge, l'étouffant dans leurs malice. Parfait, elle pourra mourir en paix et hurler sans déranger. Elle s'adossa contre le mur, et se laissa doucement tomber sur le sol. Ramenant ses jambes contre son visage, elle ferma les yeux. Elle laissa s'évaporer ses doutes, libérant sa tête ses peurs enfouies, celles qu'elles gardaient en elle depuis si longtemps, celle qui furent comme emportées par la brise de la nuit. Je suis libre

Faites que la nuit devienne mon royaume, et que ses odeurs de mort m'embaume. Les hurlement deviendront mélodie, et les néons seront semblables aux lumières du paradis. Mes souhaites seront réalité, et ses mâchoires sanglantes m'enchaineront peu après aux délices de la cupidité.


© Gasmask



_________________
hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. . ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Je suis arrivé(e) le ... : 18/04/2015
Messages : 93
$ : 8955
MessageSujet: Re: emmène moi voir les lendemains merveilleux Lun 4 Mai - 19:44





frêle Alisha;
on peut encore se parler, se toucher, se voir.


Il courait sous les étoiles
Muni d'un naïf courage
Il hurlait sa triste rage
A ce ciel, cet étrange voile.

Traqué, martyrisé, abîmé,
Maltraité, déconcentré, affamé,
Terrorisé, indigné,
Mort.

Le souffle coupé
Il s’arrêta
Puis il regardait
Alisha.

Choqué, il ne comprit pas
Heureux, il s'approcha
Réfléchis, il s’arrêta
Inconscient, il la héla.

Puis survint le regret,
Mais son acte fait
Il se devait de l'assumer
Alors il se préparait.


Son coeur battait,
Il stressait
Et si elle l'attaquait ?
Il ne pourrait le supporter.

Devait-il la détester ?
Devait-il s'affirmer ?
Devait-il se préparer à fuir ?
Allait-elle lui nuire ?


"- Alors comme ça on est en vie,
j'ai vraiment cru qu'ils t'avaient eu."

disait-il, de son langage drôlement cru.
Il avait peur d'avoir perdu sa seule amie.



© nemoe sur epicode



_________________


SHAUN
« Absent. »
© Yamashita d'épicode


Dernière édition par Shaun Smith le Mar 5 Mai - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Je suis arrivé(e) le ... : 02/04/2015
Messages : 85
$ : 10061
MessageSujet: Re: emmène moi voir les lendemains merveilleux Mar 5 Mai - 12:02


EMMENE MOI LOIN D'ICI JE T'EN PRIE
BB
feat. Shaun
BG


 

 



 

 

Emmène-moi revoir une dernière fois. Ces endroits qui faisaient taire le vacarme. De mes idées noires. Les sommets qui jouent les mâchoires. Et ta cage thoracique se resserre. Quand tu les regardes de haut en bas. Emmène-moi revoir juste pour un soir. Le vert fluo des rizières. Qui triomphèrent de ma colère. Et consolèrent mon désespoir



Elle était épuisée, cette escapade nocturne lui avait aspirée ses dernières forces. Elle s'était recroquevillée sur elle-même, essayant de se souvenir depuis quand elle avait si peur, et pourquoi elle avait si peur. La mort ne l'effrayait point, et ses démons c'étaient envolés, soufflés par la brise nocturne. Alors, de quoi avait elle si peur ? Une unique larme coula le long de sa joue, cela faisait si longtemps qu'elle ne s'était pas autorisée à pleurer. Elle méprisait les gens faibles, mais à cet instant, elle pleurait de colère. Hurlant rageusement, déchirant la nuit de ses cris étouffés.

- Alors comme ça on est en vie, j'ai vraiment cru qu'ils t'avaient eu.

Ses mots firent battre son cœur à la chamade. Shaun. Cette voix envoûtante et suave ne pouvait que lui appartenir. Sa tête se décolla de ses bras, pour venir croiser le regard du jeune homme. Elle s'essuya rapidement la larme qui coulait encore sur sa joue, elle ne voulait pas qu'il la voit faible, sa fierté en prendrait un coup plus que douloureux. Bien que tous ses muscles soient engourdis, elle se releva promptement. Elle n'avait jamais été si heureuse de revoir son ami, l'un des seuls qu'elle chérissait tant.

- Tu sais très bien que je suis coriace. Murmura t'elle en souriant.

Elle savait que la plupart des gens de son espèce la voyait comme étant un monstre sans cœur. Ses poings de serrèrent, elle n'en pouvait plus de savoir que de telles atrocités courraient sur elle.

- Tu sais, j'ai rien fait. Tout ceci n'est qu'un malentendu. J'ai jamais tué un innocent. Je te le jure Shaun, j'ai rien fait.

Sa voix était tremblante, et elle cru pendant un instant qu'elle allait fondre en larme, mais ce fut seulement quelques larmes qui s'écoulèrent de ses yeux. Elle les fit disparaître d'un geste de la main, pleurer n'était pas son habitude, mais elle avait atteint la face de saturation.

- Désolé Shaun. Faut que j'y aille, s'ils me retrouvent, je suis dans une merde noire. Et vaut mieux pas qu'ils nous voient ensemble, qui sait ce qu'ils te feraient.

Elle commença à tourner les talons, se dirigeant vers la sortie de cet obscure rue. Elle ne voulait pas attirer d'ennui à son ami, l'un des seuls qu'elle pouvait supporter. Et l'un des seuls qu'elle adorait. Et même si cela lui déchirait le cœur de l'abandonner ainsi, elle ne voulait qu'il soit blesser ou que du mal lui soit fait.

Faites que la nuit devienne mon royaume, et que ses odeurs de mort m'embaume. Les hurlement deviendront mélodie, et les néons seront semblables aux lumières du paradis. Mes souhaites seront réalité, et ses mâchoires sanglantes m'enchaineront peu après aux délices de la cupidité.


© Gasmask



_________________
hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. . ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Je suis arrivé(e) le ... : 18/04/2015
Messages : 93
$ : 8955
MessageSujet: Re: emmène moi voir les lendemains merveilleux Jeu 7 Mai - 11:20





frêle Alisha;
je me suis fait quelques films, osés mais joli.


S'en suivit de paroles inertes de sens pour l'esprit.
Il se fichait, O combien même il se fichait de sa culpabilité.
En ce moment la seule chose qui importait le jeune fantôme était qu'il avait devant la personne qu'il appréciait le plus et qu'elle allait partir, encore.
On aurait pu se dire que ce n'est pas grave, qu'il y a plein d'autres personne dans ce monde de minables, mais non. Alisha valait la peine de casser le cul, Alisha valait les pires problèmes. Et puis finalement, si c'est avec Alisha, alors tout va.

Alors quand elle fit volte-face, ni une ni deux le jeune homme lui prit le bras. Après avoir passer tant de temps seul, il était hors de question qu'elle le laisse comme ça, sans rien.

- Je me fiche de ta culpabilité ou pas. Je me fiche des crimes que tu as commis ou pas, ou de tes problèmes, j'en sais rien. Si t'en veux pas, ignore-les. Juste, s'il te plait, ne me laisse pas. S'il te plait.

C'était tout mignon, mais il ne fallait pas croire il ne lui déclarait pas sa flamme. Il avait peur de la solitude et trouvait en elle sa solution, on aurait pu imaginer qu'un fleur bleu comme lui aurait pu tomber amoureux rapidement mais loin de là, il est confus, un esprit désordonné et désarmé.

Il ne bougeait pas, tout ce qu'il trouvait à faire était de la regarder. Non pas que l'envie de la prendre dans ses bras lui démangeait mais ses paroles auraient pu être controversée ainsi.

- Tu tiens vraiment à y retourner à ce je-ne-sais-ou ? Tu pleurais. J'aime pas voir les gens pleurait, mais toi ça me fait encore plus mal que les autres. Je te jure, ouais c'est ça je te le jure sur toute les étoiles de ce triste monde que j'te ferais jamais pleurer. O grand jamais.  

Il marqua un temps d’arrêt, il ne pouvait rien prédire, mais peut-être était-ce ces larmes à la con qui l'énervait ?  Quel problème avait-elle pour pleurer comme ça ? Les questions se bousculait dans l'esprit du jeune homme, il voulait tout savoir, tout voir, tout vivre. Il voulait pouvoir, quand il fermait les yeux, s'imaginait à la moindre image la vie d'Alisha. Il ne voulait pas qu'elle lui cache des choses, mais depuis qu'il a entendu ces rumeurs comme quoi elle serait l'une des boss des traqueurs, il ne pouvait rien dire. Sur lui, en tout cas. Savait-elle quelque chose ? Il avait confiance en Alisha, du moins au maximum qu'il pouvait. Mais il redoutait qu'il ait tord. Cette douce et belle Alisha.

Il soupira, puis la fixa, attendant patiemment sa réponse. Mais pour rien au monde il la lâchera, quitte à la kidnapper. Mais il rajouta, pour répondre à la jeune fille.

- Et puis, j'en ai rien à cirer de ce qu'ils me feraient. Ils peuvent m'arracher chaque doigt un par un que je ne t'abandonnerais, si c'est pour toi j'pourrais les laisser faire ce qu'ils veulent à mon corps, tant qu'ils ne te touche pas toi. Ça c'est clair.




© nemoe sur epicode



_________________


SHAUN
« Absent. »
© Yamashita d'épicode


Dernière édition par Shaun Smith le Ven 26 Juin - 1:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Je suis arrivé(e) le ... : 02/04/2015
Messages : 85
$ : 10061
MessageSujet: Re: emmène moi voir les lendemains merveilleux Jeu 7 Mai - 17:09


EMMENE MOI LOIN D'ICI JE T'EN PRIE
BB
feat. Shaun
BG


 

 



 

 

Emmène-moi revoir une dernière fois. Ces endroits qui faisaient taire le vacarme. De mes idées noires. Les sommets qui jouent les mâchoires. Et ta cage thoracique se resserre. Quand tu les regardes de haut en bas. Emmène-moi revoir juste pour un soir. Le vert fluo des rizières. Qui triomphèrent de ma colère. Et consolèrent mon désespoir


Elle était stupéfaite. Ces paroles semblaient profondes, et véridiques. Il était sincère, c'était une évidence. Elle revint sur ses pas, désolé d'avoir eu l'idée de partir aussi soudainement en le laissant derrière elle. Il haïssait la solitude, elle la contemplait. Finalement, il étaient proche. Partageant les même craintes, les même peurs, les même doutes. Elle ne devait pas l'abandonner, elle ne pouvait pas l'abandonner. A cet instant, elle comprenait ce qu'il représentait pour elle. A quel point il était important, et qu'elle ne pouvait se résoudre à lui faire du mal. Il était un ami cher et très certainement celui sur qui elle pouvait le plus compter. Il la fixait, et elle aussi. Aucun des deux ne cilla, se baignant mutuellement dans le regard de l'autre. Elle soupira. Les problèmes ne sont pas si facile à éviter.

- Tu tiens vraiment à y retourner à ce je-ne-sais-ou ? Tu pleurais. J'aime pas voir les gens pleurait, mais toi ça me fait encore plus mal que les autres. Je te jure, ouais c'est ça je te le jure sur toute les étoiles de ce triste monde que j'te ferais jamais pleurer. O grand jamais.

Il ne la ferait jamais pleurer ? Elle souffla, agacée. C'était fort beau de rêver. Mais il l'a ferait souffrir tôt ou tard, c'est ainsi qu'est la nature humaine. Mais, son cœur s'accéléra pendant quelques instants. Ainsi, la voir pleurait lui faisait plus de mal que les larmes d'une personne lambda ? Intéressant. Nouveau soupir. Mieux vaut il arrêter de s'emballer pour d'aussi futiles paroles.  

- Je suis obligée. La menace qui pèse sur moi est grande, tu le sais très bien. Mais je ne pourrai jamais t'abandonner. Tu es trop cher à mes yeux pour que je te laisse tomber.

Elle avait dit ceci sur un ton légèrement dégagée, comme normal. Elle n'osait pas le regarder dans les yeux. Même s'il l'on pouvait discerner une gène et un certain agacement. Il était évident pour elle qu'elle ne le laisserai jamais tomber. Mais ces pensées n'en étaient pas moindre. Il était important pour elle, et elle le portait dans son cœur. Son précieux ami.

- Tu ne me feras jamais pleurer ? Tu penses que c'est possible ? Tu es certain d'y arriver ?

Ces paroles sonnaient plus comme un défi. Et c'est avec un regard espiègle qu'elle lui avait rétorqué ces quelques paroles. Elle ne pleurerai pas forcément, mais au fond, elle sera brisée. Désemparée, déboussolé. Cette personne possédait une confiance aveugle de sa part, et c'était certainement le seul être vivant possédant cette attention venant d'elle.

- Et puis, j'en ai rien à cirer de ce qu'ils me feraient. Ils peuvent m'arracher chaque doigt un par un que je ne t'abandonnerais, si c'est pour toi j'pourrais les laisser faire ce qu'ils veulent à mon corps, tant qu'ils ne te touche pas toi. Ça c'est clair.  

Elle fut troublée, abasourdis par ces paroles lourdes de sens. Ainsi elle comptait à ce point à ses yeux. C'était agréable de se sentir importante pour un ami. Elle le regarda, surprise. Son poing se serra, et elle s'assombrit soudainement. Même si au fond, une pointe d'amusement se discernait sur son visage.

- Idiot. Tu es un parfait idiot, mais en même temps, tu as raison.

Elle releva la tête, et le regarda à nouveau droit dans les yeux. Non, il ne devait rien lui arriver.

- Mais je ne veux pas que tu sois en danger, tu me connais. Je pourrai leur refaire le visage s'ils osaient te toucher, mais ça créerait encore plus de bordel. T'inquiète pas pour moi, j'suis trop coriace pour qu'ils me chopent. Et je t'abandonne pas, on se reverra ... Dans pas longtemps.

Elle lui lança un regard confiant et empreint de fierté. Oui, elle se battrait. Elle esquissa même un sourire espiègle, elle était parfaitement sereine et sûr d'elle. Cela lui avait fait du bien de lui parler, de savoir que son ami ne la jugeait pas.

Faites que la nuit devienne mon royaume, et que ses odeurs de mort m'embaume. Les hurlement deviendront mélodie, et les néons seront semblables aux lumières du paradis. Mes souhaites seront réalité, et ses mâchoires sanglantes m'enchaineront peu après aux délices de la cupidité.


© Gasmask



_________________
hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. . ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Je suis arrivé(e) le ... : 18/04/2015
Messages : 93
$ : 8955
MessageSujet: Re: emmène moi voir les lendemains merveilleux Ven 26 Juin - 1:39





frêle Alisha;
je me suis fait quelques films, osés mais joli.




Un sourire confiant menteur,
une voix d'une certaine teneur
Elle pensait que ce serait suffisant
Il ne voulait pas en faire autant.

Il avança silencieusement,
Lui rendant son regard vitreux
Il pouvait entendre ces voix l'encourageant
"Embrasse la" disait l’être invisible.

Sans même y réfléchir il s'exécuta,
N'ayant rien à dire à la jeune fille il s'y contenta
Puis égoïstement, il lui susurra:
- J'en ai rien à cirer d'O combien tu peux être forte, je ne veux simplement pas que tu passes de mauvais quart d'heure. Je ne suis pas un fragile non plus, et Dieu sait que je peux détaler comme un lapin si ce n'est pas mieux.


[Vas-y pour faire plus court ]




© nemoe sur epicode



_________________


SHAUN
« Absent. »
© Yamashita d'épicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Je suis arrivé(e) le ... : 02/04/2015
Messages : 85
$ : 10061
MessageSujet: Re: emmène moi voir les lendemains merveilleux Ven 26 Juin - 9:33


EMMENE MOI LOIN D'ICI JE T'EN PRIE
BB
feat. Shaun
BG


 

 



 

 

Emmène-moi revoir une dernière fois. Ces endroits qui faisaient taire le vacarme. De mes idées noires. Les sommets qui jouent les mâchoires. Et ta cage thoracique se resserre. Quand tu les regardes de haut en bas. Emmène-moi revoir juste pour un soir. Le vert fluo des rizières. Qui triomphèrent de ma colère. Et consolèrent mon désespoir


Elle était perdue, désœuvrée, désabusée. Elle ne comprit rien, il était incroyable de voir comment en une fraction de seconde, tout pouvait basculer. Elle se préparait à partir, plongeant discrètement sa main dans son cabas, afin d'en récupérer un bonnet. Une belle nuit glaciale, son cœur rythmé par les frissons que le froid lui procurait. Elle voulait le regarder une dernière fois, contempler son visage, afin d'en garder une image pour toujours, gravée dans sa mémoire. Son sourire avait disparu, préférant baisser les yeux et détourner le regard. Elle avait mal, mal de quitter son ami. Trop lâche pour affronter son regard, et trop fière pour partir sans mots. Ses poings se serrèrent de frustration, et son estomac se noua. C'est donc ça la tristesse ? Pourquoi être triste, elle le reverrait, nul doute. Mais, cette idée même d'être séparé de cet homme lui était insupportable. Son cœur se serra. Shaun.

Une main empoigna doucement son menton, la forçant à relever la tête. Il n'était pas bien plus grand qu'elle, mais la dépassait de plusieurs centimètres. Elle le regarda, ses prunelles noirâtres rencontrèrent celles du jeune homme. Et sans mot, sa tête bascula en avant, rencontrant ses lèvres. Il l'avait embrassé. Alors, c'était ça qu'il ressentait pour elle ? De l'amour ? Ironique. Idiot. Mais pourquoi était-elle comblée de bonheur dans ce cas ? Partageait-elle ses sentiments ? Oui, cela sonnait comme une évidence à présent. Je t'aime. Phrase lourde de sens, que tous deux se criaient silencieusement sous les étoiles nocturnes, hilares et enjouées face à cette déclaration d'amour. Une véritable romance n'est-ce-pas ? Ses yeux se fermèrent, et sa main vint lentement caresser la mâchoire de son amour. Leurs lèvres se séparèrent dans un déchirement, et leur preuve d'amour également. Elle sentit un souffle chaud contre son oreille, alors qu'elle inhalait son parfum divin.

- J'en ai rien à cirer d'O combien tu peux être forte, je ne veux simplement pas que tu passes de mauvais quarts d'heure. Je ne suis pas un fragile non plus, et Dieu sait que je peux détaler comme un lapin si ce n'est pas mieux.

Elle rit jaune. Belle preuve d'amour. Mais, elle ne voulait le mêler à cette histoire. Elle ne voulait pas qu'il soit en danger par sa faute, mais de son caractère égoïste, elle ne voulait pas le quitter. Elle voulait rester ainsi, sa tête nichée contre son cou, à entendre sa respiration et le sentir contre elle. Elle passa ses mains autour de son cou, et se lova contre lui. Elle était bien ainsi, elle voulait que ça dure. Il voulait affronter ses malheurs ensemble ? Soit, il le ferait. Elle était au comble de la joie, alors que son cœur martelait violemment sa poitrine, seul témoins de son amour pour Shaun.

- Tu veux rester avec moi ? Affronter tout ça avec moi ? Tu crois que j'en vaux la peine alors ?

Son ton était dur, mais quelque peu adoucis par sa position. Ils étaient beaux à voir ainsi, le vrai couple à l'eau de rose. Merveilleux.


[ On s'en fout, il l'a embrassé c'est le principal ]
Faites que la nuit devienne mon royaume, et que ses odeurs de mort m'embaume. Les hurlement deviendront mélodie, et les néons seront semblables aux lumières du paradis. Mes souhaites seront réalité, et ses mâchoires sanglantes m'enchaineront peu après aux délices de la cupidité.


© Gasmask



_________________
hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. . ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: emmène moi voir les lendemains merveilleux


Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un merveilleux événement
» ce merveilleux Victor Hugo ! Ce que c’est que la mort
» Le prochain télescope spatial pourrait voir les océans des exoplanètes
» Nouvelles/récits merveilleux mettant en scène des animaux
» un conte merveilleux avec un âne qui parle?

San Fransokyo :: & SAN FRANSOKYO - LA VILLE @ :: http://centre-ville.com-